Vintage

L’utilisation massive de ce qualificatif ne laisse aucun doute quant aux convoitises qu’il suscite, au risque même de le vider de sa substance. Depuis son apparition dans les années 1990 dans le milieu de la mode, il s’est progressivement répandu au point de devenir incontournable ou presque. Sans surprise, ce terme nous vient d’outre-Manche et pourrait simplement se traduire par "ancien". Mais les choses sont loin d’être aussi simple justement, surtout quand on sait que "vintage" est lui-même issu de "vendange", faisant ainsi directement référence à "millésime", c’est-à-dire aux crus des meilleures années. Voilà qui est intéressant.

Il est communément admis que le mot "vintage" défini tout artefact datant au plus tard des années 1980, ou daté d’au moins 30 ans depuis le temps présent. Il s’applique aux pièces qui sont le reflet d’une certaine forme d’authenticité, que ce soit par les techniques employées ou par ce que la marque incarne. Il permet en fait de distinguer n’importe quel objet ancien d’un autre grâce à une certaine forme d’intemporalité : le vintage est à l’opposé de ce qui est "vieillot", c’est-à-dire enfermé dans une époque.

Montres vintages hommes

Bien sûr, les montres et l’horlogerie en général n’échappent pas à cette tendance, à quelques spécificités près. Pour bien comprendre, il convient de rappeler que le développement de l’horlogerie a connu un bouleversement majeur dans les années 1970, une révolution restée dans les mémoires sous le nom de "crise du quartz". Jusque-là en effet, le développement de l’horlogerie s’était plutôt déroulé sans encombre : les montres avaient progressivement gagné en précision et en complications et avaient fini par quitter les poches des vestons au profit des poignets… Mais l’avènement de cette nouvelle technologie venue d’Asie secoua si fortement la structure économique de l’horlogerie de l’arc jurassien traditionnel que nombre de maisons disparurent, laissant même les survivantes quelque peu sonnées. Ainsi, le monde de l’horlogerie a un avant et un après : les bracelets montres vintages hommes se situent donc dans cet avant, dont certains fixent précisément la limite en 1985, avec l’avènement de la Conception Assistée par Ordinateur (CAO) et le rachat de la marque Heuer par le groupe TAG.

Cette rupture rend d’autant plus facile l’identification des montres vintages hommes. Et pour cause ! Bien loin des objets statutaires qu’elles sont devenues, les montres de ces années étaient avant tout des outils, bien plus destinés à accompagner leurs porteurs, tant dans leur quotidien que dans leurs aventures, qu’à être vues ou à afficher une quelconque réussite sociale. 

Aussi, les montres vintages hommes se reconnaissent tout d’abord par leur qualité et leur robustesse, à l’opposé des montres en plastiques qui accompagnèrent la déferlante du quartz. Ensuite, c’est bien sûr l’harmonie de leurs proportions qui les distingue, avec des dimensions plus contenues, des lignes moins abruptes et ce fameux plexi bombé. Enfin, et c’est bien là le plus remarquable, c’est leur patine qui fait toute la différence : une décoloration particulière du cadran, des index aux tritium qui ont pris une teinte coquille d’œuf… tous ces éléments qui font qu’une montre vintage est unique, bonifiée par le temps qui passe, à l’instar d’un bon vin. Nous y voilà.

Mais de la même façon que n’importe quel jus de raisin ne donnera pas un grand cru, n’importe quelle vieille montre ne deviendra pas non plus une vintage digne de ce nom.

Montres Yema vintages

Prenons le cas de la manufacture Yema. Précisons tout d’abord que cette manufacture a été fondée dans le Doubs, plus précisément à Besançon, berceau de l’horlogerie française, par Henry Louis Belmont en 1948. Yema connait une forte croissance et rencontre même un certain succès à l’international. En effet, dès 1966 et pour trois années consécutives, elle sera le premier exportateur français de montres : 500 000 modèles livrés dans plus de 50 pays ! Mais malgré cet engouement, Yema n’échappera pas aux turpitudes liées à la crise du quartz : la société sera rachetée en 1988 par le groupe Hattori-Seiko, mais le cœur (et l’époque ?) n’y est plus… Elle sera d’ailleurs placée en redressement judiciaire en novembre 2008, converti en liquidation en mars 2009, avant de renaitre de ses cendres la même année avec le rachat par le groupe Ambre situé à Morteau en plein cœur de la Franche-Comté. Mais c’est déjà une autre histoire… !

montre vintage Yema

Au-delà d’une success story, qu’est-ce que les montres Yema vintages ont de spécial ?

Si l’on considère les montres les plus emblématiques de la marque, à savoir la Superman (1963), la Yachtingraf (1966), la Rallygraf (1972) et enfin la Flygraf (1978), on remarque qu’elles présentent toutes des éléments esthétiques forts, les rendant clairement identifiables : il est bien évidemment question du bloque-lunette de la première, du sous-compteur de régate de la seconde, ou encore des masques colorés sur les cadrans des deux suivantes. Pour faire court, les montres Yema vintages ne ressemblent à aucune autre. Mais leur design n’explique pas à lui seul l’engouement dont elles font l’objet.

En effet, à y regarder de plus près, ces montres étaient destinées à des professionnels, Yema revendiquant par ailleurs leur fiabilité et leur robustesse. Aussi, ces modèles ont donc été les témoins privilégiés des aventures humaines qui ont eu lieu durant la deuxième moitié du XXème siècle. La Superman équipa les "PLOUFS", les plongeurs sauveteurs héliportés de l’armée de l’air française, la Yachtingraf fut portée par l’équipe de France de voile durant les Jeux Olympiques de 1972, tandis que la Rallygraf accompagna Mario Andretti durant les 500 miles de Daytona, d’Indianapolis et finalement le championnat du monde de Formule 1. De fait, ce qui fait la particularité des montres Yema vintage, c’est qu’elles racontent des histoires… ! 

Aussi, au-delà de son âge, de sa qualité ou de son design, c’est donc le vécu d’une vintage qui fait toute sa singularité, pour ne pas dire toute sa valeur.

Bracelet montre cuir vintage

Les bracelets quant à eux occupent une place particulière dans l’univers des montres vintages. Et bien qu’ils n’aient pas été directement impactés par la crise du quartz, les bracelets montre cuir vintage se distinguent néanmoins des bracelets contemporains sur plusieurs points.

  • La forme tout d’abord : alors que les bracelets contemporains ont tendance à garder la même largeur de l’entrecorne jusqu’à la pointe, les bracelets montre cuir vintage s’affinent vers la pointe, de 2 à 4mm parfois. Cette réduction s’appelle la chute.
  • L’épaisseur ensuite : les bracelet montres cuir vintage se distinguent des autres par une épaisseur moindre. Idéalement, l’épaisseur du bracelet cuir doit correspondre à celle des cornes du boîtier de montre. Leur profil est généralement plus plat que les bracelets modernes bien qu’il ait pu y avoir des exceptions.
  • La matière enfin : si le cuir de vachette a été de loin le plus utilisé, d’autres cuirs se sont distingués par le passé, que ce soit le cuir de lézard, ou bien le galuchat (cuir de raie) ou enfin le flanc de crocodile. Quelque peu tombés en désuétude, ces cuirs connaissent un regain d’intérêt.

Les bracelets montres vintages Maison Fèvre

bracelet montre vintage Maison Fèvre

Pour sa part, Maison Fèvre puise dans son histoire et utilise tout son savoir-faire afin de proposer des bracelets d’inspiration vintage. Les amateurs du genre trouveront certainement leur bonheur tant avec le bracelet cuir vintage, Le Vintage Rétro avec ses piqures contrastantes ou le bracelet montre Nubuck 20mm pour ses coutures ton sur ton et leurs nombreuses déclinaisons de couleurs qu’avec l’Epuré ou le Chèvre Velours, dont l’apparente simplicité mettra d’autant plus en valeur les lignes sophistiquées et les cadrans un peu chargés de certaines montres de collection.

Ainsi, vous pourrez redonner un coup de jeune à une montre ancienne où même donner une teinte vintage à une montre plus récente. Mails il serait réducteur de limiter les bracelets cuir à leur seule dimension esthétique. Le savoir-faire français Maison Fèvre

Bracelet montre cuir rallye

Prenons par exemple le bracelet montre cuir rallye. Apparu à l’aube des années 1970, ce bracelet se caractérise par la présence de perforations sur toute la longueur. Celles-ci trouvent leur origine quelque part entre le design des gants de conduite, celui des sièges des voitures de compétitions d’endurance, tels la Ford GT40, ou encore les bras des volants des voitures de course... Pour faire simple, le bracelet montre cuir rallye est l’héritier d’une tradition graphique du monde de l’automobile. Et sachant qu’il équipait la désormais célèbre Heuer Monaco que portait Steve McQueen dans le film "Le Mans" sorti en 1971, ce bracelet montre cuir perforé est bien plus qu’un simple héritier, mais bien un membre à part entière de l’histoire de l’automobile.

Imaginons maintenant que vous ayez hérité de la Yema de votre père ou de votre grand-père. Et bien que celui-ci ait participé à quelques courses de voitures dans sa jeunesse, il ne s’agit pas là d’une Rallygraf mais d’une montre plus classique, qu’il portait également à la ville. En faisant le choix d’équiper cette Yema vintage d’un bracelet montre cuir rallye, vous mettriez en particulier l’accent sur le passé de pilote de votre aïeul plus que sur n’importe quelle autre partie de sa vie.

Ainsi, au-delà du style, le bracelet montre cuir se permet de raconter des histoires plus personnelles, pour ne pas dire intimes, et c’est là toute leur force. Ils ont le pouvoir d’augmenter ou de changer la charge émotionnelle d’une montre. Maison Fèvre est au service des horlogers et des particuliers pour répondre aux plus hautes exigences de bracelets montres en cuir.

Pour autant, il y en aura toujours pour dénigrer le vintage, disant que ses amateurs vivent dans le passé et répètent à qui veut l’entendre que "c’était mieux avant". Ils ne pourraient pas plus se tromper. Car c’est tout le contraire : les amateurs de vintage exhortent les acteurs horloger contemporains à créer de belles montres, singulières, faites pour durer… bref, prêtes à raconter de nouvelles histoires !

30 novembre, 2022 — Cyril Leroy